Quand les émotions prennent le contrôle

Il est long le chemin pour accepter ses émotions… Et parfois, il est même nécessaire de s’arrêter. Quand on ne peut même plus sortir au centre d’achat parce que la peur nous submerge, c’est que le corps nous crie « à l’aide! »

Quand le médecin nous prescrit des médicaments pour calmer le système nerveux, c’est que ça ne va plus. Je n’ai jamais pris de médicaments de ma vie, enfin, pas pour de l’anxiété et la dépression. C’était complètement nouveau pour moi. Je me suis toujours convaincu que je pouvais me gérer toute seule. Je sais que j’ai été malade dans le passé, que j’ai souvent fait de l’angoisse et même, que mon choc post traumatique ne date pas d’hier. Mais je n’en parlais pas. Je souffrais, mais je ne savais pas ce que j’avais. Je croyais que c’était moi qui arrivais mal à gérer mes émotions, c’est tout…

Mais ce 23 novembre 2017, ça en était trop. Incapable de fonctionner. C’était trop fort. J’ai réalisé que j’avais besoin d’aide. Et pour la première fois, j’allais en chercher. Cela peut paraître bizarre, mais pour moi c’était un pas de géant… demander de l’aide. J’ai toujours peur de déranger, je ne me considère pas assez importante, je n’aime pas me plaindre… C’est bien moi ça…

Lorsque j’attendais dans la salle d’attente, c’était horrible. Je souffrais tellement. Les bruits m’agressaient. Les gens autour de moi m’irritaient. La lumière était insoutenable. Les secondes me paraissaient des heures! Je n’avais hâte qu’à une chose, rentrer chez moi, être seule.

Lorsqu’on m’a enfin appelée, je n’avais aucune idée comment j’étais pour aborder le sujet. Et puis, sérieusement, je m’en foutais pas mal. Je voulais seulement de l’aide.

Dans le petit bureau, l’infirmière m’a demandé ce que j’avais.
« Je crois que je fais un choc post traumatique. »
« À cause de quel événement? Si tu veux me le dire, bien entendu… Tu peux attendre le médecin. »
« Un viol. »

Je n’ai pas attendu très longtemps. On m’a prise en charge. Je demandais de l’aide et on me la donnait. Quand on m’a demandé la date de l’événement, j’avais peur qu’on trouve que ma réaction était exagérée. Au contraire. Le médecin m’a demandé :

« Est-ce que tu as reçu de l’aide à l’époque, après que ce soit arrivé? »
« Non »

J’ai vu sa réaction. Le sérieux lorsqu’elle prenait des notes. Je n’avais pas à en dire davantage. Je n’étais pas folle. Ce que je vivais, c’était grave. Je le savais et on me le confirmait.  Je réalisais à peine moi-même ce que j’avais vécu. Je n’étais pas ridicule. Je ne dramatisais pas. Je n’exagérais pas. Je ne cherchais pas de l’attention. Il fallait enfin que je m’enlève cela de la tête. J’étais envahie. Je ne contrôlais plus rien. J’avais besoin d’aide. Et cette aide, il y a très longtemps que j’aurais dû aller la chercher. Le temps avait fait des ravages, il n’avait rien réparé.

Le début de mon arrêt de travail a été difficile. Difficile à accepter. Difficile surtout de ne pas me sentir coupable. Comment pouvais-je être à ce point empoissonnée par des émotions? Pourquoi n’étais-je pas capable de les contrôler? Moi, l’experte dans la maîtrise de la tristesse, de la colère… Je ne me reconnaissais plus.

Lorsque je suis entrée dans le bureau de mon médecin une semaine plus tard, je me suis mise à pleurer. Parce que j’étais tellement déçue de moi.
« Comment j’ai pu oublier ça? »
Et sa réponse, je m’en souviendrai toujours : « Tu n’as jamais oublié. »
Elle avait tellement raison. J’ai pleuré de plus belle, parce qu’enfin, on me comprenait. Je n’avais pas besoin de me justifier, je n’avais pas besoin de la convaincre, je n’avais pas besoin d’argument, on me croyait et on m’aidait.

Il y a de ces moments dans la vie où le temps s’arrête. On n’en a pas envie, on n‘avait pas prévu cela. Mais ces moments, on le comprend plus tard, sont nécessaires. Il m’a fallu du temps pour le comprendre, l’accepter. Ce que j’avais décidé de mettre de côté il y a 20 ans, je devais maintenant le guérir. Ces émotions que j’ai traînées depuis toutes ces années, il fallait dorénavant s’en occuper. C’était l’impasse. Je n’avais pas le choix.

On ne peut pas refouler ses émotions éternellement. Elles finissent par nous empoisonner. On ne peut pas faire comme si on ne les entendait pas. Elles se mettent à hurler. On ne peut pas faire comme si elles n’existaient pas. Elles se mettent à agir sur le corps. On ne peut pas y échapper. Il faut les accepter. Les laisser vivre. Les laisser sortir. Leur donner la place qu’il leur revient. Se pardonner de ne plus avoir le contrôle.

Le choc

Ce que je vis… j’ai peine à y croire moi-même.J’ai avancé dans la vie, années après années… comme une grande.J’ai avancé dans la vie, j’ai nagé, j’ai tenu bon, j’ai tout fait pour ne pas couler.

Surtout, ne pas regarder en arrière, ne pas regarder en arrière…

J’ai voulu fuir ce passé. Ce passé dont j’ai si honte. Ce passé qui me révolte. Ce mélange d’humiliation et de colère, de sentiment d’injustice. Je détestais tant cette période de ma vie, je détestais ce que j’avais été, ce qu’on m’avait fait… sans vraiment comprendre, en pensant comprendre, en sachant très bien qu’un jour ou l’autre, je devrais m’arrêter et regarder enfin, faire face à cette tache sur ma vie qui m’empoisonne l’esprit.

Et j’avais peur. Peur que ce passé ne me rattrape, que cela détruise tout ce que j’ai construit. Si les gens autour de moi savaient, ils ne me verraient plus de la même façon! Au fond, ils ne me connaissent pas tant que ça… ils ne me connaissent pas dutout. Je leur cache une partie de moi, une vérité de ce que je suis, l’essentiel de mon être. Je me cache, j’essaie d’être quelqu’un d’autre… je veux qu’on m’aime.

Ce que je vis est indescriptible.

Octobre 2017. J’entends parler du mouvement #moiaussi. Il y a les accusations envers Gilbert Rozon. Les témoignages me bouleversent. Je lis sur le sujet, les médias ne parlent que de cela, je suis complètement à l’envers. Qu’est-ce qui se passe avec moi? Pourquoi ces émotions qui m’envahissent, comme si cela me concernait? Pour qui je me prends? Je m’invente des histoires? Qu’est-ce que j’ai?

Jour après jour, j’ai la gorge nouée. Ça monte en moi. La tristesse, la honte, la colère… Et ce passé. Ce passé que je déteste, que je voudrais tellement effacer de ma vie! Ce passé qui me remplit de honte!!! Ça suffit… qu’est-ce qui se passe? Et si tout cela n’était pas de ma faute… Et si finalement, j’avais été victime? On parle des émotions vécue par ces victimes… et on dirait qu’on parle de moi! Est-ce que je suis folle?

Mes journaux intimes… preuve de l’existence de ce passé. Ces journaux que j’ai tant voulu jeter, brûler, déchirer! Ces journaux qui me rappelaient cette période de ma vie que je voulais effacer. Je me suis toujours retenu, à la dernière minute, de m’en débarrasser. Plonger. Je dois plonger. Je suis assez forte maintenant pour le faire. Je dois enfin faire la paix avec moi-même…

Jour après jour, je lis. Ça me fait du bien. Ça me réconforte. J’étais une amoureuse, j’étais jeune, j’étais libre. Finalement, j’ai été sévère avec moi! Pourquoi avais-je cette image si négative de moi-même? Et oui, j’ai eu des déceptions avec des garçons, souvent! Mais ils n’étaient pas si épouvantables… certains m’ont menti, c’est vrai. Parfois j’aimais et on ne m’aimait pas, parfois on m’aimait et moi je n’aimais pas… La jeunesse quoi! Faire la paix avec ce passé, comme cela fait du bien à mon âme! Pourquoi ai-je attendu si longtemps?

J’ai lu la majorité des journaux de cette époque. J’étais vers la fin. Je lisais moins. L’essentiel était lu. J’avais renoué avec ce passé, j’avais travaillé à me pardonner. Je suis assise dans ma garde-robe, avec ce journal entre les mains, et je continu la lecture, pour le plaisir, en sachant que cette période est presque terminée.

Et je tombe sur cette page. Les premiers mots… les premières phrases…

J’ai eu une réaction physique! L’air est entré dans mes poumons avec violence! Comme si le souvenir venait d’entrer dans mon corps! Et ces mots que je ne cessais de répéter à haute voix, seule dans ma chambre : « Comment j’ai pu oublier ça? Comment j’ai pu oublier ça? » Mes mains tremblent, j’ai peine à respirer, je suis étourdie…

Comment ai-je pu oublier que j’ai été violée? Lui… c’est lui! Mon monstre c’est lui! Comment j’ai pu oublier ça? C’est impossible d’avoir oublié ça! Et tout revient… les émotions, les images… Comment peut-on oublier un souvenir aussi horrible? Moi qui a une excellente mémoire, qui s’est toujours donné comme mandat de ne pas oublier mes souvenirs! Comment j’ai pu effacer ça… mais finalement, je n’ai jamais effacé. C’était là, à l’intérieur de moi, et soudainement, tout a jailli, comme une explosion, comme une marmite qui déborde, comme une urgence de se libérer.

Le choc post-traumatique. Les images, les cauchemars, les sueurs froides, la panique, l’incapacité d’être en public, les difficultés de concentration, les tremblements, la perte d’appétit, la tristesse profonde. Et pourtant, l’événement date d’il y a 20 ans.

À l’époque, j’avais tremblé le lendemain. J’étais en état de choc. Il m’avait violée, je le détestais, j’avais peur, j’avais besoin d’aide. Mais je ne pouvais rien faire. Il avait gagné. Il avait déjà commencé à raconter un mensonge sur ce qui s’était passé. J’étais foutu. C’était de ma faute. C’était moi la conne. J’ai mérité ce qui est arrivé. « Ta gueule » que je me disais. Et j’ai refoulé le souvenir. Ne plus y penser, c’est la seule façon de s’en sortir, la seule. Effacer cela de ma vie. Ne plus jamais lui parler. Ne plus jamais m’en rappeler.

Et j’ai construit un mur.

Ce mur que j’ai fui. Lorsque je me retournais, je voyais ce mur que je détestais, ce mur qui entourait cette période de ma vie. Ce mur sur lequel il était écrit le mot « salope ». Et J’ai cru à cela, pendant 20 ans. Mon estime de moi-même était entachée de ce mot. Ce n’était pas une impression, c’était une conviction. Un jour, je devrais me pardonner d’avoir été une salope.

Le mur est tombé. Le souvenir est remonté. Jour après jour, de nouvelles images, des paroles, des sensations, des émotions. Mon corps envahit par le souvenir, sans cesse. Une libération, car enfin, je comprenais tout. Tout! Je comprenais ce que j’avais trainé avec moi depuis cette époque, je comprenais le sentiment d’injustice qui m’habitait, j’ai compris cette honte qui m’empêchait d’être complètement heureuse, j’ai mis le doigt sur le problème. Le problème avait une date, un nom, un visage. Enfin, c’est revenu. Je n’étais pas folle. Je savais qu’il y avait quelque chose… je savais que quelque chose s’était passé…

Et ce souvenir clair… clair comme aucun souvenir… avant de partir, de quitter ma chambre, il a voulu planter un dernier couteau… « T’es vraiment une salope ».

L’estampe était faite.

Ce que je vis en ce moment est indescriptible. Le souvenir est maintenant presque complet. Le casse-tête se reconstruit, jour après jour. Sans les demander, sans les chercher, les morceaux jaillissent dans ma mémoire, reprennent leur place. Quand cela arrive, ça me fait mal, car l’émotion associée remonte aussi en même temps.

J’ai autour de moi des gens formidables. Qui m’appuient, m’aident et surtout, me croient. Enfin. À l’époque, je n’ai rien dit car j’étais persuadée qu’on ne me croirait pas. Parfois, ce sentiment me hante encore. Mais lorsqu’on me dit « je te crois », la blessure est moins douloureuse à supporter. Enfin, je peux me libérer.

Et ce besoin de justice. Ce besoin qui hurle, qui hurle depuis 20 ans, enfin, je le comprends! Alors, je me suis levée et j’ai porté plainte. Je sais ce que j’ai vécu. Je sais ce qu’il a fait. Il avait tout prévu. Il a été cruel. Ce n’était pas de la sexualité, c’était de la violence. Il a voulu me détruire.

Je vais me battre pour cette jeune de 19 ans qui ne pouvait rien faire, qui était détruite, impuissante. Je vais la prendre par la main et je vais lui rendre justice. Rien ne pourra me faire  reculer.

Je vais guérir.

La honte va lui revenir. Elle ne m’appartiendra plus.

Je n’étais pas une salope. C’est lui le salaud.