Le pardon?

La colère. Vous connaissez? La colère… provient du sentiment d’injustice. « Tu n’as pas le droit ». Quand cette phrase envahie votre esprit, mais que vous ne pouvez rien faire. Quand il est là, à faire ce qu’il veut, et que vous êtes impuissante. Vous connaissez? Moi je connais…

Je sais que vous connaissez…

Quand on me dit « un jour tu pardonneras… »

Comment vous dire…

Non!!! Je ne veux pas pardonner! Parce que pardonner, c’est la dernière chose dont j’ai besoin! Pardonner, c’est dire qu’il avait ses raisons, que je peux l’excuser! Pardonner… c’est dire que je ne suis pas grand-chose… C’est dire que ce n’était pas si grave… C’est refouler encore ma colère, qui selon moi, est justifiée! N’a-t-elle pas sa raison d’être?

Le pardon est à la mode. Si l’on veut se libérer, se soulager, on doit pardonner. Est-ce si nécessaire pour trouver le bonheur? Sans pardon, aucune libération? Vraiment?

Un jour, je me sentais mal de ne pas être capable de pardonner. J’en ai parlé à ma sœur. Et elle m’a si bien répondu :
« Pour pardonner, il faut qu’il y ait repentir. »
Tellement…

Le pardon rime avec mon sentiment de culpabilité. Ne demandez pas à quelqu’un qui se sent coupable, de pardonner!!! Ce qui m’appartient, m’appartient. Ce qui lui appartient, lui appartient. Point.

Femmes, telles que vous êtes…
Vous n’avez pas à pardonner. Vous n’y êtes pas obligées.
Vous avez le droit de dire « je n’accepte pas. Je ne suis pas d’accord. Je refuse. »

Le pardon… est-ce essentiel?

Le pardon… c’est culturel. Libérez-vous de cette prison. Une prison morale. Ce pardon si féminin qui nous donne l’impression d’être une bonne fille. D’être gentille. D’être juste…

Je te pardonne… j’accepte?
Non. Jamais.
Je n’accepterai jamais ce que tu as fait.
Je suis un être respectable.

Le pardon, il est pour moi. Je me pardonne d’avoir enfoui cette colère si longtemps. Je me pardonne d’être incapable de te pardonner…